Page:Louis Delaporte - Voyage d'exploration en Indo-Chine, tome 1.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
12
APERÇU HISTORIQUE, ETC.

çais, MM. Durand et Rondet, allèrent en 1866 étudier les ruines d’Angcor, dont M. le capitaine de frégate Doudart de Lagrée, commandant les forces françaises au Cambodge depuis 1863, travaillait alors à lever les plans. Mais les regards étaient fixés surtout sur ces régions inconnues et si voisines qui entouraient de tous côtés notre nouvelle colonie, et vers lesquelles les aspirations étaient ardentes et nombreuses chez les officiers du corps expéditionnaire[1].

M. le marquis de Chasseloup-Laubat, ministre de la marine et président de la Société de géographie de Paris, comprit la légitimité de ces impatiences et la nécessité pour la France de remplir dans toutes ses parties la mission scientifique et civilisatrice qui lui incombait en Indo-Chine. Dans deux discours prononcés en séance générale de la Société de géographie, le 16 décembre 1864 et le 29 avril 1865, il annonça son intention de provoquer une exploration du cours du Cambodge, exploration dont il fit éloquemment ressortir l’importance et les avantages. Sur son invitation, M. le vice-amiral de la Grandière, gouverneur de la colonie, dut organiser une mission chargée de répondre à ce desideratum géographique. Dans le mois de décembre 1865, M. de la Grandière en offrit le commandement à M. le capitaine de frégate Doudart de Lagrée, qui travailla dès lors à réunir tous les renseignements nécessaires et à rédiger en projet les instructions.




  1. Me sera-t-il permis de rappeler ici que j’étais du nombre des impatients et que, dès 1863, j’avais adressé au gouvernement de la colonie une demande conçue dans ce sens. En juillet 1864, dans une brochure publiée sous un pseudonyme (la Cochinchine française en 1864, par G. Francis ; Dentu, in-8o), je plaidai de nouveau la cause de ce voyage, et, à la fin de la même année, je renouvelai ma demande au gouvernement de la colonie, en l’accompagnant d’un plan général d’exécution et d’un devis détaillé des dépenses.