Page:Louis Napoléon Bonaparte - Histoire de Jules César, tome 1, Plon 1865.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


romaine l’île devait être encore fort peuplée[1]. Livrés à la piraterie[2], réduits à vendre leurs services, les Crétois, archers renommés, combattaient comme mercenaires dans les armées de la Syrie, de la Macédoine et de l’Égypte[3].


Rhodes.

XX. Si la Crète était en décadence, Rhodes, au contraire, étendait son commerce, qui prit graduellement la place de celui des villes maritimes de l’Ionie et de la Carie. Déjà habitée, au temps d’Homère, par une population nombreuse, et renfermant trois villes importantes, Lindos, Ialysos et Camiros[4], l’île était, au ve siècle de Rome, la première puissance maritime après Carthage. La ville de Rhodes, bâtie pendant la guerre du Péloponnèse (346), avait, comme la cité punique, deux ports, l’un pour les bâtiments marchands, l’autre pour les vaisseaux de guerre. Le droit de mouillage rapportait un million de drachmes par an[5]. Les Rhodiens avaient fondé des colonies sur divers points du littoral méditerranéen[6], et entretenaient des relations d’amitié avec un grand nombre de villes dont ils reçurent plus d’une fois des secours et des présents[7]. Ils possédaient, sur le continent asiatique voisin, des villes tri-

  1. Strabon, X, iv, 408 et suiv.
  2. Polybe, XIII, viii.
  3. On trouve des mercenaires crétois au service de Flamininus en 557 (Tite-Live, XXXIII, iii), à celui d’Antiochus en 564 (Tite-Live, XXXVII, xl), à celui de Persée en 583 (Tite-Live, XLII, li), et au service de Rome en 633.
  4. Iliade, II, 656, 670.
  5. Polybe, XXX, vii, an de Rome 590.
  6. Strabon, XIV, ii, 558, 559. La ville de Rhode en Espagne, les établissements dans les Baléares, Gela en Sicile, Sybaris et Palæopolis en Italie, étaient des colonies rhodiennes.
  7. C’est ce qui arriva notamment à l’époque où s’écroula le fameux colosse de Rhodes, et où la ville fut violemment éprouvée par un tremblement de terre. Hiéron, tyran de Syracuse, Ptolémée, roi d’Égypte, Antigone Doson, roi de Macédoine, et Seleucus, roi de Syrie, envoyèrent des secours aux Rhodiens. (Polybe, V, lxxxviii, lxxxix.)