Page:Louis de Beaufront-Commentaire sur la grammaire Esperanto.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
9
l'article

blancs, vins rouges, eaux-de-vie. — Ĉapitro Va. Chapitre Ve.

Kontenteco superas riĉecon. Contentement passe richesse. — Malriĉeco ne estas malvirto. Pauvreté n’est pas vice. — Progresado estas vivo ; restado estas morto. Le progrès, c’est la vie ; la stagnation, c’est la mort.

Élision. — Comme il est dit à la règle 16 de nos Manuels, on peut élider l’a de l’article. Mais il va de soi que cette élision ne doit jamais se faire que dans de bonnes conditions d’euphonie. Ne la faites donc qu’après une préposition finissant par une voyelle, suivant le principe posé par le docteur Zamenhof lui-même dans l’Ekzercaro.

Exemples. — La palaco de l’ reĝo. Le palais du roi. — Je la komenciĝo de l’jaro. Au commencement de l’année. — Tie ĉe l’ pordo. Là-bas à la porte. — Je l’ vespero. Le soir. — La vivo de l’homo. La vie de l’homme.

Mais jamais, quand il ne suit pas une préposition finissant par une voyelle, on ne doit apostropher l’article devant un mot commençant par un h ou un ĥ.

Dites donc toujours : la homo, kun la helpo, por la honoro, et jamais : l’homo, kun l’helpo, por l’honoro. En effet, avec l’élision et dans les conditions où se trouvent les mots homo, helpo, honoro du dernier exemple, il vous serait impossible de faire sentir l’h aspiré de ces trois mots.

On peut encore élider l’a de l’article devant les mots commençant par une voyelle.

Exemples. — L’amiko de mia frato. L’ami de mon frère. — L’oro kaj l’arĝento estas metaloj. L’or et l’argent sont