Page:Lubimoff - Le Professeur Charcot, étude scientifique et biologique.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 29 —

organes où se manifeste souvent une partie minime, pour ne pas dire imaginaire, d’un mal ayant ses racines profondes dans d’autres organes.

Par ses résultats positifs dans l’étude des fonctions psychiques du cerveau (langage intérieur), ainsi que par celles qui concernent la mémoire, la conscience, le dédoublement de la personnalité et de la pathogenèse psychique des maladies nerveuses, il a tiré la psychologie moderne des régions abstraites et contemplatives de la science et de celles de la littérature, ainsi que de l’art oratoire ; il l’a mise sur le terrain du posivitisme expérimental, lui assurant ainsi un développement solide dans l’avenir.

Son enseignement, tant oral qu’écrit, se distinguait par la clarté, la précision absolue et la conviction qui s’impose. Sa parole, pleine d’autorité, aussi simple que compréhensible dans son élégance, produisait une impression profonde. Son auditeur emportait de son cours une connaissance précise et parfaite du sujet traité. Même lorsque la question présentait par sa complication une grande difficulté de compréhension, il l’enveloppait d’une forme si pleine de relief et de plasticité qu’elle s’imposait à l’esprit ; ses tableaux imagés et pittoresques s’y gravaient. Ses cours si brillants, incomparables, resteront pour toujours dans la mémoire de ceux qui eurent la bonne fortune d’y assister. Ils révélaient en lui la connaissance parfaite de son sujet qu’il dirigeait en même temps en grand