Page:Lucien - Œuvres complètes, trad. Talbot, tome I, 1866.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
28
LE JUGEMENT DES VOYELLES.

vécu. Il arrache, pour ainsi dire, de mon sein, κίσσαν, la pie, cet oiseau babillard, et la nomme κίτταν : il m’enlève φάσσαν, la colombe, avec νήσσαις, ses petits, et κοσσύφοις, les merles, malgré la défense expresse d’Aristarque. Combien d’abeilles, μελισσῶν, il m’a fait perdre ! Il a pénétré dans l’Attique, et contrairement aux lois, il a enlevé du milieu même du pays le mont Hymette[1], sous vos yeux, et à la vue des autres syllabes.

[9] « Mais que dis-je ? Il me chasse de toute la Thessalie, et la fait appeler Thettalie ; il m’interdit la mer, θάλασσαν, il n’épargne pas les bettes des jardins, σευτλίων, et, comme on dit, il ne me laisse pas un pieu, πασσαλόν[2]. Cependant, vous êtes témoins que je suis une lettre patiente : je n’ai jamais accusé le Zêta de m’avoir dérobé σμάραγδον, une émeraude, et enlevé Smyrne tout entière[3]. Je ne me suis jamais plaint du Xi qui a violé notre traité, συνθήκην[4], avec l’aide de l’historien Thucydide, qu’il a pour complice. Je pardonne au Rhô, mon voisin, d’avoir planté chez lui mes myrtes un jour qu’il était malade, et, dans un accès de mauvaise humeur, de m’avoir frappé sur la joue[5]. Voilà comme je suis !

[10] « Mais ce Tau ! Examinons jusqu’où son caractère violent le porte envers les autres lettres. Il n’en a pas respecté une seule ; le Delta, le Thêta, le Zêta, presque toutes enfin, ont été ses victimes. Introduisez les lettres plaignantes[6]. Vous entendez, voyelles, juges du procès, vous entendez le Delta qui vous dit : « Il m’a ôté l’endéléchie[7], et il veut, contre toutes les lois, que l’on « prononce entéléchie. » Voici maintenant le Thêta qui se plaint et s’arrache les cheveux[8], de se voir privé de la coloquinte[9] ; et le

  1. On prononçait Hymesse d’après le système critiqué par Lucien.
  2. Dans tous ces mots les Attiques substituent le double τ ou le τ simple au σ simple et au double σ.
  3. En prononçant ζμαράγδον et Zmyrne. Cette dernière forme se trouve souvent sur les médailles.
  4. Thucydide, et généralement les Attiques, commencent par ξ les mots formés de la préposition σύν.
  5. Au lieu de μυρσίνη, myrte, les Attiques disaient μυῤῥίνη, et κόῤῥη, la joue, au lieu de κόρση.
  6. Ici le greffier lit la liste de ces lettres.
  7. Le mot ἐνδελέχειαν, perfection d’une chose, sa forme essentielle, que le Tau veut faire prononcer ἐντελέχειαν, est le terme par lequel on dit qu’Aristote désignait l’âme humaine.
  8. Allusion à la disparition du θ dans le mot θρίξ, cheveu, qui prend le τ au génitif et aux cas dérivés.
  9. Les Attiques écrivaient κολοκύντη au lieu de κολοκύνθη.