Page:Lucien - Œuvres complètes, trad. Talbot, tome I, 1866.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
36
TIMON OU LE MISANTHROPE.

[16] Je les blâme donc, mais avec eux ceux qui sont toujours prêts à me dépenser : je n’approuve que les hommes qui, prenant un juste milieu, chose bonne entre toutes, s’éloignent également de l’épargne et de la folle libéralité. Par Jupiter ! juges-en toi-même, souverain du ciel. Si un homme marié légitimement à une femme jeune, belle, au lieu de la surveiller et de s’en montrer jaloux, la laissait aller jour et nuit, suivant son caprice, s’abandonnant à qui voudrait, si même il allait jusqu’à se faire le complaisant des amants de sa femme, leur ouvrant la porte, la prostituant, les appelant tous vers elle, que dirais-tu de ce mari-là ? Qu’il aime sa femme ? Non ; j’en appelle à toi, Jupiter, qui as souvent aimé !

[17] Au contraire, si un homme marié légitimement à une femme de condition libre, dans l’espoir d’une heureuse lignée, non seulement ne se rapproche pas de son épouse, jeune et belle, et ne permet à personne de la regarder, mais la tient enfermée chez lui languissante et stérile, croira-t-on, lors même qu’il prétendrait en être amoureux, et que sa passion se trahirait par un teint pâle, un corps étique et des yeux enfoncés, qu’un pareil homme ait son bon sens de ne pas travailler à se faire des enfants, de ne pas user des droits de l’hymen, et de laisser dépérir une femme aussi aimable et aussi charmante, comme s’il nourrissait, durant toute sa vie, une prêtresse de Cérès[1] ? C’est de la même manière que je m’emporte contre les gens qui me donnent des coups de pied, me dévorent, m’épuisent, tandis que d’autres m’attachent et me marquent comme un esclave fugitif[2].

[18] Jupiter. Pourquoi te fâcher contre eux ? Ces deux espèces de gens en ont payé la folle enchère : les uns, comme Tantale, ne pouvant ni boire ni manger, les lèvres sèches, n’ont jamais fait que bâiller après l’or ; les autres, comme Phinée, se voient arracher la nourriture du fond de la bouche par les Harpies[3]. Mais va trouver Timon, tu verras qu’il est à présent beaucoup plus sage.

Plutus. Il va donc cesser d’être un panier percé, et de m’épuiser, avant même que j’aie achevé de me répandre ; car il semble que son empressement veuille prévenir une inondation, par laquelle il craint d’être noyé. Ne dirait-on pas que je verse

  1. Littéralement une thesmophore. Vov., sur les Thesmophories, la note de M. Artaud, dans sa trad. d’Aristophane, à la suite des Fêtes de Cérès.
  2. C’étaient deux Φ Φ appliqués sur le front.
  3. Voy. Virgile, Énéide, III, v. 212 et suivants.