Page:Luzel - Contes populaires, volume 2, 1887.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



I


LE SABRE ROUILLÉ
_____



IL y avait, une fois, un roi de France qui, désolé de voir le grand nombre d’enfants bâtards qui naissaient dans sa capitale, dit un jour que la mère du premier bâtard qui verrait le jour à Paris serait mise à mort.

Bien ! Ce roi ne savait pas ce qui l’attendait. Il avait un fils et une fille, qui s’aimaient si tendrement que la sœur devint enceinte des œuvres de son frère. Les voilà bien embarrassés, car ils n’ignoraient pas l’arrêt de leur père. Que faire ? Ils quittent secrètement le palais, de nuit, par une porte de derrière, et s’embarquent sur un navire qu’ils ont approvisionné de vivres et de toutes sortes de grains, de semences et d’outils.