Page:Luzel - Contes populaires, volume 3, 1887.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de fatigue, et on la logea. Le château était habité par une veuve riche, et qui n’avait qu’un fils unique.

Le lendemain, la princesse demanda à être gardée comme servante dans la maison. On la prit pour garder les pourceaux. Elle passait toutes ses journées avec ses bêtes dans le bois qui entourait le château.

Un jour, que le temps était beau et le soleil clair, elle tira de son coffre, qu’elle ne quittait jamais, sa robe de la couleur des étoiles et la revêtit. Le jeune seigneur du château, qui chassait dans le bois, l’aperçut et s’approcha à la hâte. Mais, la princesse aussi l’avait aperçu de loin, et elle ôta vite sa robe et la serra dans son coffre, qu’elle cacha dans un buisson. Quand le jeune seigneur arriva près d’elle, et ne vit qu’une gardeuse de pourceaux, au lieu de la belle princesse qu’il s’attendait à trouver, il fut bien déçu, fit un geste de dépit et s’en retourna au château, sans rien dire.

Le lendemain, la princesse mit sa robe de la couleur de la lune. Le jeune seigneur l’aperçut encore et courut à elle. Mais, elle eut encore le temps d’ôter sa robe et de la serrer dans son coffre, qu’elle cacha dans un buisson, et le chasseur, désappointé, se trouva, comme la veille, en présence de la gardeuse de pourceaux.