Page:Luzel - Contes populaires, volume 3, 1887.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III


PEG AZÉ ! [1]
_____



DEUX pauvres gens, Jean et Jeanne, mari et femme, demeuraient près du manoir d’un riche seigneur. Un des valets du seigneur était l’amant de Jeanne, et comme Jean contrariait leurs amours, il voulut se débarrasser de lui. Il dit un jour à son maître :

— Jean a dit, mon maître, qu’il était capable Je couper votre taillis et d’en faire des fagots, en trois jours.

— Vraiment ? Eh bien ! dites-lui de venir me parler.

Jean se rendit auprès du seigneur.

— Comment, Jean, lui dit celui-ci, tu t’es vanté de pouvoir couper mon taillis et en faire des fagots, en trois jours ?

  1. Colle là !