Page:Luzel - Contes populaires, volume 3, 1887.djvu/438

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V


LE PETIT MOINE ET LE GRAND MOINE
_____



SI ce que l’on dit est vrai, il n’y avait d’abord que deux moines à Bégard [1], un grand Moine et un petit Moine. Le grand Moine était riche et avait beaucoup de champs et de bœufs, mais, peu d’esprit. Le petit Moine n’avait qu’un seul champ avec un seul bœuf, et beaucoup d’esprit. Leurs mères à tous deux habitaient chacune une chaumière, non loin de l’abbaye. Un jour, le grand Moine dit au petit Moine :

— Nous n’avons plus de viande ; il faudra tuer un bœuf.

— Eh bien ! répondit le petit Moine, tuez un

  1. Bégard, chef-lieu de canton de l’arrondissement de Guingamp, possède les ruines d’une belle abbaye fondée en 1130 par des moines de l’ordre de Citeaux.