Page:Luzel - Légendes chrétiennes, volume 2, 1881.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


III
le frère, la sœur et leur fils
le pape de Rome.



Il y avait une fois un frère et une sœur élevés ensemble, dans un manoir riche des environs de Guingamp. Le garçon avait dix-neuf ans, la jeune fille dix-huit, et ils s’aimaient tendrement. Ils étaient toujours ensemble, ne faisaient pas un pas l’un sans l’autre, si bien que l’on commençait à en jaser dans le voisinage. Quelques-uns disaient même que les rapports entre eux n’étaient pas irréprochables de tout point.

Le temps pascal arriva, et leur confesseur leur refusa l’absolution et les renvoya à un vieil ermite qui faisait pénitence, dans un bois, non loin du manoir. Et pourtant, ils n’étaient pas tombés dans le mal encore, et on les calomniait. Les voilà bien affligés. Ils se mirent en route, un matin, pour aller trouver le saint homme. Chemin cheminant, ils aperçurent deux colombes poursuivies par des corbeaux, des geais et des pies, qui ne leur laissaient aucun repos. Ils poursuivirent leur route et arrivèrent près de l’ermite, et lui firent part du motif de leur visite. Le