Page:Mémoires artistiques de Mlle Péan de La Roche-Jagu, écrits par elle-même.pdf/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 2 —

esquisse est destinée à paraître un jour, naturellement, elle intéressera mes amis par tout ce que j’ai souffert, ainsi que les artistes de cœur qui me liront ; parce qu’eux aussi, ont éprouvé des tribulations de toutes sortes ; et si, enfin, j’ai la joie de voir ma persévérance couronnée de quelques succès, mon exemple pourra servir alors à encourager ceux qui véritablement se sentent le feu sacré, ceux qui se disent avec une fermeté à toute épreuve : « Je saurai attendre !… mais j’arriverai. »

Ainsi, ma chère Fanny, toi qui as été, je puis le dire, une sœur pour moi, reçois la dédicace de ta meilleure et plus dévouée amie.

E. Péan de la Roche-Jagu.
Paris, le 20 septembre 1854.