Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 15.djvu/335

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MÉMOIRE

sur

L’ENDOSMOSE DES ACIDES.

Par M. DUTROCHET.

Lu à l’Académie des Sciences, le 19 octobre 1835.




Lorsque je fis mes premières expériences sur l’endosmose, expériences publiées en 1826[1], je vis et j’annonçai que, dans ce phénomène, les acides offraient un mode d’action opposé à celui que présentaient les alcalis. La solution aqueuse de l’un quelconque de ces derniers étant séparée de l’eau pure par une membrane animale, le courant d’endosmose est dirigé de l’eau vers la solution alcaline ; il me parut que l’inverse avait lieu en employant un acide en remplacement de l’alcali. Je revins sur cette assertion trop absolue en 1828[2] : je n’avais pas essayé l’action de beaucoup d’acides ; en étendant mes recherches, je vis que le vinaigre et les acides nitrique et hydrochlorique, étant séparés de l’eau par un mor-

  1. L’agent immédiat du mouvement vital dévoilé, etc.
  2. Nouvelles recherches sur l’endosmose, etc.
T. XV.
36