Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 15.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxxix
DE M. CHAPTAL.


L’Antiquité ne nous a transmis rien de plus mémorable que les belles morts de quelques-uns de ses philosophes. Et cependant, quelque chose de plus élevé encore naît, pour la philosophie moderne, de cette contemplation, que l’Antiquité n’a pas eue, des progrès sans cesse croissants de l’esprit humain ; contemplation sublime qui consola Condorcet, mourant de la mort de Socrate, et qui a répandu un caractère si particulier de grandeur sur les derniers moments de Chaptal et de Cuvier.