Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 15.djvu/55

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
PREMIER MÉMOIRE

sur

LA STRUCTURE ET LES ANOMALIES DE LA FLEUR

DES RÉSÉDACÉES.

Par M. AUGUSTE DE SAINT-HILAIRE.




§ 1er.
Considérations générales.

Il y a déjà longtemps qu’un des physiologistes les plus habiles de notre âge, M. Mirbel, a fait sentir combien l’organisation végétale a peu de fixité. Elle est tellement mobile que, cédant sans peine à telles ou telles influences, les diverses parties de la fleur se modifient, se transforment et retournent à la nature de la feuille proprement dite, dont elles n’étaient qu’une simple déviation ; elle est tellement mobile qu’on peut voir, dans certains genres, un ordre d’organes prendre la place qu’un autre ordre occupe chez un genre voisin, ou, si on l’aime mieux, que l’on voit un organe remplir, dans plusieurs plantes, des fonctions qui ailleurs ont été départies à

T. XV.
1.