Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 15.djvu/9

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ÉLOGE HISTORIQUE

de

JEAN-ANTOINE CHAPTAL ;

Par M. FLOURENS, Secrétaire Perpétuel.

Lu à la séance publique du lundi 28 décembre 1835.




L’homme célèbre dont j’ai à vous entretenir aujourd’hui a pris part à deux des plus grands événements de notre âge. Il a été un des premiers, un des plus ardents propagateurs de cette science nouvelle, créée par le génie des Lavoisier, des Priestley, des Berthollet, des Cavendish, des Schéele, des Black. Il a été un des coopérateurs les plus utiles de l’homme extraordinaire qui fonda parmi nous un nouvel empire.

J’aurai donc à vous faire voir, tour à tour, dans M. Chaptal, le savant chimiste et le ministre habile ; et toutefois je n’oublierai pas que je parle devant l’Académie des sciences.

Et si cherchant à rassembler ici tout ce qu’il y a eu de beau, de grand, d’honorable, dans la vie de notre illustre confrère,

T. XV. Hist. 1835.
A