Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


MÉMOIRE

SUR

LA DIFFRACTION DE LA LUMIÈRE ;

Par M. A. Fresnel.[1]

INTRODUCTION.

Avant de m’occuper spécialement des phénomènes nombreux et variés compris sous la dénomination commune de diffraction je crois devoir présenter quelques considérations générales sur les deux systèmes qui ont partagé jusqu’à présent les savans relativement à la nature de la lumière. Newton a supposé que les molécules lumineuses lancées des corps qui nous éclairent arrivent directement jusqu’à nos yeux, où elles produisent par leur choc la sensation de la vision. Descartes, Hook, Huygens, Euler, ont pensé que

  1. En publiant ce Mémoire qui a été couronné par l’Académie en 1819, on a fait quelques changemens à la rédaction du manuscrit déposé à l’Institut le 29 juillet 1818, mais sans apporter aucune modification à la théorie et aux expériences qu’il contient. Désirant y ajouter quelques expériences nouvelles et quelques développement théoriques on les a placés dans des notes à la suite du Mémoire.