Page:Mémoires de la société de l'histoire de Paris et de l'Ile-de-France, 26.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


campagne de 1870 sont de tristes souvenirs que nous ne devons ni oublier ni rappeler avec ostentation.

4. — « Le Conseil demande que l’avenue Joséphine reçoive le nom d’Avenue de Chaillot, l’avenue de la Reine-Hortense celui d’Avenue de Monceau et le quai Napoléon celui de Quai de la Cité. »

Avenue Joséphine. — L’Avenue Joséphine ne pourrait sans inconvénient prendre le nom d’Avenue de Chaillot, puisqu’il existe déjà une rue de Chaillot, ancienne rue principale du village de Chaillot. Celle-ci a les droits de priorité les plus légitimes et les plus respectables. En effaçant le nom de Joséphine, assez déplacé au milieu des noms d’illustres batailles qui rayonnent autour de l’Arc de triomphe, on pourrait lui substituer le nom d’Eckmühl, qui manque au trophée et qui n’a pas de similaire ailleurs.

Avenue de la Reine Hortense. — Non pas Avenue de Monceau ; il y a près de là une rue de Monceau ; mais Avenue du Parc-Monceau, ce serait au mieux.

Quai Napoléon. — Il eût beaucoup mieux valu laisser à ce quai son véritable titre topographique de Quai du Cloître Notre-Dame ; je proposerais de le lui rendre. On a déjà inscrit de l’autre côté du Marché aux fleurs (ancien quai Desaix) : quai de la Cité. Il y a une rue de la Cité inscrite en remplacement de la regrettable trilogie rue de la Lanterne, rue de la Juiverie, rue du Marché-Palu, précieux souvenir du vieux Paris. J’aurais préféré pour cette partie du quai : Quai aux Fleurs. C’est son vrai nom que le public lui a déjà donné depuis longtemps et que sans doute il lui maintiendra quand même. D’un autre côté, il serait ridicule de proscrire de parti pris le nom de Napoléon, qui plane au-dessus des considérations politiques du moment ; je serais d’avis de le transférer à l’avenue du Roi-de-Rome, au milieu des noms de maréchaux et de victoires de son règne. Là, il serait à sa vraie place et représenterait beaucoup moins S. M. l’empereur et roi que l’imperator légendaire, le héros de ces grandes guerres dont la France d’aujourd’hui serait bien fâchée au fond de ne point partager la glorieuse solidarité.

Avenue Kléber. — On propose Kléber pour l’avenue du Roi-de-Rome, mais il y a déjà une rue Kléber à côté du Champ-de-Mars.