Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
ij

Ainsi, la science exige d’autant plus d’efforts qu’elle acquiert plus d’étendue et de perfection : elle doit aspirer à une précision d’autant plus grande, qu’elle s’engage dans des recherches plus difficiles.

Une Société de quelques personnes qui cultivent les différentes branches de la Physique et de la Chimie, s’est formée dans la vue d’accroître les forces individuelles par une réunion fondée sur une estime réciproque et sur des rapports de goûts et d’études, mais en évitant les inconvéniens d’une association trop nombreuse. Voici son régime :

Elle se réunit tous les 15 jours à Arcueil ; le jour de réunion est consacré à répéter les expériences nouvelles qui paroissent le mériter par leur éclat ou qui exigent d’être constatées, et à faire celles qui sont indiquées par quelque membre de la Société, sur-tout lorsquelles demandent des appareils particuliers, ou que l’auteur desire d’avoir des aides, des témoins ou des conseils.

Tous les Mémoires qui doivent entrer