Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
162
Combinaison du soufre.

de la faculté qu’ont ces trois substances de se combiner ensemble, et je dois déclarer que ce sont ses recherches qui m’ont dirigé ; mais ce savant chimiste, n’ayant porté son attention que sur un petit nombre des propriétés de cette combinaison, n’avoit pu donner une connoissance suffisante de l’action qu’elle exerce sur les autres corps, ni, si je ne me trompe point, une notion exacte de sa nature. Je vais, après avoir rappelé les résultats de ses travaux, essayer de suppléer à ce qu’ils laissoient à desirer.

En faisant passer, à la température ordinaire de l’atmosphère, un courant d’acide muriatique oxigéné à travers des fleurs de soufre, M. Thomson a observé que le gaz est absorbé ; qu’en même tems il se forme une liqueur dont le poids excède le double de celui du soufre employé, et dont 100 parties lui ont donné 44 parties d’oxide de soufre, 33,75 parties d’acide muriatique, et 20,25 parties de perte. Il a nommé cette combinaison Sulfure d’acide muriatique ; il lui a reconnu une pesanteur spécifique de 1,623 ; une couleur tenant le milieu entre l’écarlate et le cramoisi ; une grande volatilité et une odeur piquante qu’il compare à celle des plantes marines. Il a encore