Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/183

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
168
Combinaison du soufre

de ses propriétés, et que cependant le soufre qu’on en sépare ne retient pas d’oxigène. Mes résultats diffèrent en ce dernier point de ceux de M. Thomson.

Les effets produits sur ce liquide par l’éther et l’alcool sont les mêmes et s’exécutent seulement avec plus d’énergie à cause de la volatilité de ces agens. La chaleur qui se développe lorsqu’on laisse tomber des gouttes de cette liqueur dans l’alcool très-rectifié produit une évaporation si rapide qu’à chaque goutte on entend une petite détonation.

L’ammoniaque concentrée excite une violente ébullition dans cette liqueur. Elle la sature et en précipite du soufre qui prend une couleur rouge en retenant de l’alcali, lorsqu’on en emploie un excès. Il perd l’un et l’autre par l’exposition à l’air ou par le lavage, à l’eau tiède ; la couleur rouge violacée dont se teignent les épais tourbillons qui se reproduisent en versant la liqueur dans l’ammoniaque est également due à du soufre emporté en vapeurs avec de l’ammoniaque. La liqueur neutre qui surnage le soufre contient du sulfite, du sulfate et du muriate d’ammoniaque.

Les autres alcalis, caustiques ou carbonatés, présentent des phénomènes semblables, et