Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
224
Sur la décomposition

avec plus de force, et ils doivent alors se rapprocher des seconds. On peut donc concevoir dans les sulfates métalliques deux portions d’acide ; l’une, qui est retenue foiblement, s’échappe sans éprouver la décomposition ; l’autre, qui est retenue plus fortement, supporte une température plus élevée, et se décompose en acide sulfureux et en gaz oxigène. Ces deux portions d’acide qu’on peut concevoir dans les sulfates varient pour chacun d’eux, et il paroît, toutes les autres circonstances étant d’ailleurs égales, que plus un sel est soluble et avec excès acide, plus on obtient d’acide sulfurique dans sa distillation. C’est à cause de cette propriété qu’on peut préparer de l’acide sulfurique, comme on le fuit en Allemagne, en distillant du sulfate de fer ou du sulfate de zinc. Les sulfates insolubles ne seroient nullement propres à cet objet.

La décomposition des sulfates par la chaleur peut nous conduire la connoissance de plusieurs phénomènes que présente le grillage des sulfures métalliques. Je savois que dans plusieurs fabriques on fait le sulfate de cuivre en grillant le sulfure dans des fourneaux à réverbère. À Goslard on prépare aussi du sulfate de zinc par un procédé semblable. J’ai essayé