Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
11
magnétiques.

Lorsque nous sommes partis de Paris, nos instrumens, que nous n’avions pu avoir à notre disposition que la veille du jour de notre départ, ne nous ont pas permis d’y déterminer l’inclinaison et l’intensité des forces magnétiques. Nous n’avons pu commencer nos observations qu’à Villeneuve-sur-Yonne, mais de là nous les avons continuées sur tous les points de notre passage qui pouvoient mériter quelque attention. J’observerai cependant que les résultats que j’ai obtenus à Paris, sur l’intensité des forces magnétiques, un an après en être parti, doivent être, relativement à l’aiguille, en parfaite harmonie avec les autres ; car ayant passé deux fois à Milan, à six mois d’intervalle, nous avons trouvé que notre aiguille y faisoit exactement le même nombre d’oscillations la seconde fois que la première, soit dans l’intérieur de la ville, soit hors ses murs.

Nos observations sur l’intensité des forces magnétiques à Turin, influencées sans doute par quelque cause très-particulière, nous ayant paru quelque tems après s’écarter beaucoup en sens contraire de la loi que suivoient les autres, nous avons fait osciller une nouvelle aiguille à Milan, comparativement avec la nôtre, et nous l’avons envoyée à M. Vassali, qui a eu