Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
12
Observations

la complaisance de compter ses oscillations en divers endroits dans l’intérieur et à l’extérieur de Turin. C’est d’après ses résultats et ceux que nous avions obtenus à Milan que nous avons calculé les oscillations que notre aiguille auroit faites dans la première de ces villes.

Nous devons faire remarquer encore, avant d’aller plus loin, quel est le degré de précision auquel on peut atteindre dans ce genre d’expériences, afin qu’on ne se méprenne pas sur de légères anomalies qui pourroient se trouver dans nos résultats. D’abord, pour les inclinaisons, avec un instrument de 0m,07 de rayon, il seroit difficile, même dans le calme le plus parfait, de les déterminer à plus de six minutes près. Dans un voyage, dans lequel on n’a pas toujours ni le tems ni les commodités qu’on pourroit desirer, les limites des erreurs doivent être un peu plus éloignées entre elles. Nous croyons néanmoins que les plus grands écarts de nos observations, principalement de celles que nous avons faites en allant de Rome à Berlin, ne s’étendent pas au-delà de 10 minutes. Relativement à l’influence des localités particulières, on ne peut assurer jusqu’où elle peut s’étendre, quoique, en général, elle doive être assez petite. Nous n’avons