Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
227
des sulfates par la chaleur.

tique n’en ont rien dégagé. Le sulfure de barite, traité de même, m’a aussi donné du sulfate ; mais après trois heures de grillage à une chaleur rouge, il étoit encore sulfuré. J’ai essayé ces deux sulfures alcalins, et plusieurs sulfures métalliques à différentes époques du grillage, sans pouvoir en dégager jamais de l’acide sulfureux. Il faut par conséquent qu’ils passent immédiatement à l’état de sulfates.

On conçoit très-bien pourquoi les sulfures alcalins passent immédiatement dans le grillage à l’état de sulfates ; car M. Berthollet a fait voir (Mém. de l’Acad.) que le sulfite de potasse se change en sulfate à une chaleur rouge en présentant alors un excès de soufre et d’alcali. En traitant de même du sulfite de plomb, j’ai obtenu beaucoup d’acide sulfureux ; ce qui prouve que l’oxide de plomb a une action bien plus foible sur l’acide sulfurique que la potasse. Il est probable cependant qu’il se forme aussi du sulfate avec cet oxide, et si je ne puis l’affirmer, c’est parce que celui que j’ai trouvé dans le résidu pouvoit provenir de l’acide sulfurique que contenoit mon acide sulfureux.

Tous les sulfures métalliques ne sont pas