Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
228
Sur la décomposition

cependant également propres à donner des sulfates par le grillage. Une condition nécessaire pour la formation de l’acide sulfurique, est qu’il puisse se combiner avec une base qui lui fasse éprouver une condensation suffisante. J’ai pris du sulfure d’étain dont le métal ne se combine que très-difficilement avec l’acide sulfurique, et je l’ai grillé pendant une heure à une chaleur rouge sans qu’il se soit produit autre chose que de l’acide sulfureux. De même, les sulfures d’antimoine et de bismuth après avoir été grillés ne m’ont présenté que des traces d’acide sulfurique. On se rappelle aussi que si on distille des sulfates de ces divers métaux, presque tout l’acide sulfurique se dégage à-peu-près comme s’il étoit seul. L’affinité du métal pour l’oxigène a aussi une influence. Quand on distille du sulfure d’argent dans une cornue de grès, à un grand feu, il ne se décompose pas ; mais si on le grille il se décompose avec la plus grande facilité ; il ne se dégage que de l’acide sulfureux, et l’argent ne s’oxide pas.

Voilà donc une circonstance importante, la condensation de l’acide, qui modifie les phénomènes que présentent les sulfures métalliques dans leur grillage. Quand les métaux ont la propriété de se combiner avec l’acide sulfu-