Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/245

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
230
Sur la décomposition

le soufre des sulfures et des sulfates métalliques ; 2°. que pour que cette séparation ait lieu, il n’est pas nécessaire d’employer une température aussi élevée que pour décomposer les sulfates.

Enfin en distillant un oxide métallique avec du soufre ou avec son sulfure, on obtient beaucoup d’acide sulfureux, et un peu de sulfate. Mais si la température est suffisamment élevée, il ne reste que du sulfure ou seulement de l’oxide, suivant les proportions qu’on a employées.

Maintenant que nous connoissons les diverses circonstances qui peuvent se présenter dans le grillage d’un sulfure, il est facile d’en présenter la théorie. Griller un sulfure, c’est en dernier résultat en séparer le soufre par l’action simultanée de l’air et de la chaleur. Les produits que l’on obtient varient en général suivant la température et le sulfure qu’on grille.

À une température rouge ordinaire, les sulfures dont les métaux ne se combinent que très-difficilement avec l’acide sulfurique, ne donnent presque que de l’acide sulfureux. Ceux au contraire, qui le condensent fortement, donnent encore à la vérité, de l’acide sulfureux, mais il se produit en même tems de l’acide sulfu-