Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/263

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
248
Sur la décomposition

leur force élastique, et il se forme de l’acide sulfurique. Tous les chimistes savent en effet combien il est difficile de conserver et même d’obtenir de l’acide sulfureux, sans qu’il se forme de l’acide sulfurique. Dans les chambres de plomb où l’eau, l’oxigène et l’acide sulfureux se trouvent réunis, il doit se produire un effet semblable. Ce n’est que de cette manière au moins qu’on peut concevoir la formation de l’acide sulfurique en se servant de muriate sur-oxigéné de potasse, qui n’a sûrement d’autre usage que d’empêcher que la combustion du soufre ne devienne trop languissante. Ce n’est encore que de cette manière qu’on peut expliquer la formation de l’acide sulfurique dans l’ancien procédé, par lequel on prépare l’esprit de soufre par la cloche ; car tous ceux qui l’ont répété doivent avoir remarqué qu’il s’en produit toujours une certaine quantité. Ainsi en m’arrêtant aux indications de l’expérience, j’admets qu’il ne se forme point d’acide sulfurique au moment de la combustion du soufre, à moins qu’il ne puisse se combiner avec une base qui le condense et l’empêche d’être décomposé par la chaleur. Celui qu’on recueille dans les chambres de plomb est dû à deux causes : l’une plus puissante que la