Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
253
Sur l’air cont. dans la vessie, etc.

la publication jusqu’à l’année prochaine, pour me donner le tems de les perfectionner et de les étendre, ainsi que je me propose de le faire cet hiver ; mais comme elles portent sur des faits isolés qui ne peuvent acquérir de liaison qu’en se multipliant, j’ai pensé qu’il seroit utile de les faire connoître afin de diriger vers ce but intéressant, l’attention des personnes qui se trouveroient à portée de faire habituellement de semblables observations.

On sait que beaucoup de poissons contiennent dans l’intérieur de leur corps une vessie remplie de gaz, et que l’on nomme la vessie natatoire. Elle leur sert pour monter et descendre dans l’eau ; parce que selon qu’ils dilatent cet air ou qu’ils le compriment, leur pesanteur spécifique diminue ou augmente. C’est une question assez débattue parmi les naturalistes de savoir d’où vient cet air : s’il est simplement dégagé de l’eau et transmis par une voie mécanique dans la vessie natatoire, ou s’il est secrété dans l’intérieur de cet organe par des vaisseaux propres. Les faits que je rapporterai paroissent favorables à cette dernière opinion.

J’ai analysé, par le moyen de l’étincelle électrique, le gaz contenu dans la vessie natatoire