Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/326

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
311
du soufre et du charbon.

alcalins où métalliques ; mais ce n’est pas là le premier exemple des changemens que ce gaz peut éprouver dans ses propriétés et ses proportions. Schéele[1] a obtenu un gaz hydrogène sulfuré entièrement insoluble. Kirwan[2] en a fait connoître un qui n’est qu’en partie soluble. Enfin Chaptal fils[3] a observé de grandes variations dans la solubilité de différens gaz de ce genre.

La liqueur qui s’étoit réunie sous l’eau du ballon et dont quelques globules s’étoient aussi condensés dans le flacon, m’a présenté tous les caractères de l’alcool de soufre de M. Lampadius ou du soufre carburé de MM. Clément et Desormes. Cette liqueur étoit d’une transparence presqu’aussi parfaite que celle de l’eau. Son odeur étoit assez analogue à celle de l’hydrogène sulfuré, cependant plus vive et plus piquante. En l’agitant dans le flacon où on la conservoit sous l’eau, elle s’attachoit en gouttelettes au verre et le graissoit comme auroit fait une huile. Elle brûloit vivement avec une flamme bleue et l’odeur d’acide sulfureux : mais ici cesse l’accord entre mes observations et celles

  1. Traité de l’Air et du Feu, p. 253.
  2. Trans. Phil. 1785.
  3. Stat. chim. tom. 2, p. 104.