Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
371
sur la purification du platine.

salines, par rapport à celles du platine. On peut à la vérité abréger ces opérations, en n’employant que le sel orangé que l’on obtient de la précipitation de la dissolution du platine en grains un peu étendue d’eau, mais alors on perd une portion du platine qui reste dans les eaux mères, et cette perte deviendroit importante si on opéroit sur de grandes quantités.

J’ai cherché à remédier à ces deux inconvéniens, en faisant à ce procédé quelques modifications fondées sur des propriétés déja connues à la vérité, mais dont on n’avoit point encore fait d’application. Voici en quoi elles consistent.

Au lieu de dissoudre directement la mine de platine dans les acides, je commence par la fondre avec du zinc[1]. L’alliage se fait avec facilité et même avec dégagement de chaleur et de lumière, ainsi que l’a observé Lewis. La chaleur produite par un fourneau à réverbère ordinaire est suffisante pour déterminer cette combinaison. Il faut d’abord chauffer le zinc, et aussitôt qu’il est fondu, verser doucement le platine dessus. On couvre alors le creuset, et on augmente le feu

  1. J’ai employé 4 parties de zinc contre une de platine ; mais je crois que l’on peut diminuer beaucoup cette proportion.