Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
Mémoire

et des chimistes ; presque tous même s’en sont successivement occupés : mais parmi ceux dont les travaux chimiques ont fixé l’idée qu’on a prise de sa nature à diverses époques, on ne doit citer que Boërrhaave, à qui la chimie et la médecine sont tout-à-la-fois redevables de si belles découvertes, Verreyen, Baglivi, Burgrave, Hartman et Mac-Brid, célèbres dans la science médicale ; Gaubius, dont le grand Haller estimoit tant le travail ; Cadet, de l’Académie ; Van-Bochante, professeur à Louvain ; Poulletier de la Salle, et M. Fourcroy, qui a fait de si précieuses recherches sur toutes les parties de l’analyse animale.

Boërrhaave, par une erreur inconcevable, regardoit la bile comme un des liquides les plus putrescibles : et de là sont sorties plusieurs théories plus ou moins hypothétiques sur les maladies et leur traitement.

Verreyen, Burgrave et Hartman ont tous annoncé l’existence d’un alcali dans la bile[1] ; Mac-Brid a entrevu qu’elle contenoit quelque chose de sucré[2] ; Gaubius en a séparé le

  1. Mémoires de l’Académie des sciences pour 1767, pag. 473. — Dictionnaire de chimie de Macquer, tom. 2, pag. 294.
  2. Mém. de l’Acad. des sciences, pour 1743, p. 473.