Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/94

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
79
sur les éthers.

chose ; il a eu pour but d’analyser le gaz qui se dégage si abondamment dans la préparation de l’éther nitrique, et a conclu de ses expériences que ce gaz étoit formé d’éther et de gaz nitreux. Quant aux chimistes hollandais[1], ils ont repris le travail du duc d’Ayen, et sont arrivés aux mêmes conséquences que lui.

On voit donc que tout ce qui a été fait jusqu’ici sur l’éther nitrique, est loin de faire connoître parfaitement son histoire ; on ne sait rien sur sa nature, rien par conséquent sur la théorie de sa formation ; on ignore même par suite du grand nombre de procédés indiqués pour le préparer, quel est celui auquel on doit donner la préférence. D’après cela, la marche la plus naturelle à suivre pour étudier l’éther nitrique, étoit de répéter la plus simple des expériences dans laquelle il se forme, et d’observer attentivement tous les phénomènes qu’elle présente.

C’est pourquoi j’ai mis un mélange de 500 grammes d’alcool à 36° et d’acide nitrique à 32° dans une cornue adaptée à un récipient tubulé pour recueillir les produits liquides et

  1. Journal de physique, tom. 5.