Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
80
Mémoire

gazeux : aussitôt que la température fut légèrement élevée, l’action commença à se manifester, et elle devint bientôt si vive qu’il fallut pour éviter la fracture des vases, retirer tous les charbons du fourneau, et même jetter de l’eau de tems en tems sur la cornue ; ce qui ralentit l’opération, mais ne l’empêcha pas de se terminer d’elle-même. Une fois arrêtée, un nouveau coup de feu ne la fit point reparoître. Dans tout le cours de l’opération, il se produisit une grande quantité de gaz incolore qui se dissolvoit en partie dans l’eau dont on se servoit pour le recueillir ; cependant on en obtint environ douze litres. On ne trouva dans le récipient, quoique souvent refroidi, que 75 grammes d’un liquide éthéré ; et il resta dans la cornue 384 grammes d’un liquide qui avait une légère couleur jaune.

J’examinai alors, comme il suit, ces trois produits ; dont la connoissance intime devoit me conduire évidemment à la solution de la question que je m’étois proposée.


Examen du produit contenu dans le récipient.


Ce produit qu’on regarde comme l’éther dans les pharmacies, rougissoit fortement la teinture