Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 2.djvu/114

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
108
Direction des tiges

ligneuses elle-mêmes tordues pour atteindre une clairière, mais c’est que l’inégale distribution de la lumière a duré plusieurs années ; les branches se sont courbées dans leur état de verdeur, et se sont solidifiées en l’état où elles se trouvoient : c’est ce dont je me suis assuré par des mesures directes. Qu’il me soit permis d’observer ici qu’il seroit possible de tirer parti de cette propriété des végétaux, pour former des bois courbes à l’usage des arts, en dirigeant convenablement la lumière autour de certains arbres.

Dans les exemples que je viens de rappeler, on pourroit croire que, si les branches anciennes ne se courbent pas, c’est uniquement à cause de leur dureté : et en effet, il est bien évident que plus la branche sera flexible, plus une même dose d’étiolement partiel la fera courber ; mais un exemple frappant va me servir à prouver que, dans les branches les plus flexibles qu’on puisse trouver, la direction vers la lumière n’a point lieu lorsqu’elles manquent de la faculté de décomposer le gaz acide carbonique par la lumière. Cet exemple est la cuscute. Je me suis assuré, par des expériences directes, qu’elle ne se dirige pas vers la lumière ; que, mise sous l’eau au soleil, elle n’y décompose pas de gaz acide carbonique, et par conséquent peut s’a-