Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 2.djvu/186

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
180
Analyse comparée

pas quelque différence. Ainsi en parlant avec la dernière rigueur, les expériences faites jusqu’à présent, sous ces deux points de vue, ne démontrent pas invinciblement l’identité de composition de l’arragonite et du spath calcaire, mais seulement elles lui donnent une extrême probabilité.

Il ne restoit qu’à compléter ces preuves, en cherchant quelque marche directe qui prouvât immédiatement l’identité des principes des deux substances quelles qu’elles fussent, et l’égalité de leurs proportions, c’est ce que nous avons fait.

Recherches sur la quantité de la base et sur sa nature.

Nous avons mis dans un creuset de platine 21,004 gr. d’arragonite d’Auvergne en cristaux bien purs, et dans un autre creuset de platine 21,006 gr. de carbonate de chaux rhomboïdal, exempt de fer et parfaitement transparent. Nous prévenons ici une fois pour toutes que nous n’avons jamais opéré que sur des cristaux. Les deux creusets ont été mis dans un même fourneau, et chauffés, en même tems, au même feu. Le spath a perdu dans cette opération 9,174 gr., et l’arragonite, 9,168 gr. Les résidus ne faisoient