Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 2.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
32
Combinaison des acides

les plus grands rapports avec le camphre naturel.

Peut-être que le camphre qu’on retire des huiles essentielles des plantes, et sur-tout de la grande lavande, n’est qu’une combinaison d’essence et d’acide ; peut-être aussi que le camphre du commerce ou du laurier-camphrier, qui ne paroît contenir aucun acide minéral (car on n’en retire pas en le décomposant par le feu), n’est formé lui-même que d’huile essentielle et d’un acide végétal. Ces vues méritent au moins quelqu’attention, puisqu’elles sont appuyées sur des faits, et que, si elles étoient confirmées par l’expérience, on pourroit probablement en tirer de grands avantages.

J’ai aussi essayé la combinaison de l’essence de citron et de lavande avec l’acide muriatique. 32 grammes d’essence de lavande en ont pris 22 d’acide ; le composé qui en est résulté étoit acide, noirâtre et liquide. 26 grammes d’essence de citron ont absorbé 22 grammes d’acide ; l’essence s’est colorée en brun et prise en masse. Ni l’une ni l’autre de ces essences n’avoient été purifiées ; on s’en est servi telles qu’elles sont dans le commerce.

Les huiles essentielles ne sont pas les seules huiles qui puissent se combiner avec les acides.