Page:Métais - Cartulaire de Notre-Dame de Josaphat, tome 2.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


8 CARTULARIUM

Menenus de Gaseran1 et dominus Symon filius ejus, milites ad quorum feodum sepedictum pratum pertinebat, dicte elemosine suum probaverunt assensum, et contra omnes bona fide g-arantizare promiserunt. Quod ut memoriter et nrmîter in perpetuum teneatur, nos ad ipsorum petitionem litteris commendavimus, et sigilli nostri auctoritate confirmavimus. Actum anno g’ratie M" CC° XVIII", mense maio. ~rcAA’M départementales ~Kyc-f~-Z.OM’, copie, H. 2058. Mss. 5H8 (Ga!gmères), f. 71.
CCCLXIII
Juin 1218.
Geoffroy de Meslay, vidame de Chartres, donne à Hugues de Meslay, chevalier, ce qui avait appartenu à Milon de Lèves, terre, bois, justice, fiefs, etc., à charge d’hommage, lige et d’un roncin de service.
Ego Gaufridus de Mellaio, vicedominus Carnotensis, et Helisendis uxor mea, notum facimus universis, presentibus et futuris, quod nos totam terram, totum nemus, omnimodamjusticiam, omnia feoda, omne dominium et omnes alios redditus que defuaictus Milo de Leugis, miles, possidebat quando decessit, etiam dotalitium quod idem Milo Berthe de Nemore assignavit, excepte eo quod Margarita quondam vicedomina Carnotensis possidebat, annuente dicta Bertha matre sua, quod totum, quandocumque ipsa decesserit, ad nos vel ad heredes nostros jure

1Meinier de Gaseran avait épousé Mathilde, fille de Guillaume d’Ouarville et d’Ermengarde, dont il eut Simon, cité ici avec lui, Guillaume, Ferri et Ermengarde. Goslein d’Ouarville, successivement archidiacre de Vendôme, prévôt d’Anvers et chantre du Chapitre, était frère de Guillaume et oncle de Mathilde et de Meinier de Gaseran.
2Simon de Gaseran approuva par un acte spécial, en sa qualité de seigneur féodal « quantum ad feodum meum » le don de son homme lige, le chevalier Meinier d’Ardeles « Menerius de Ardeles, miles, homo legius meus ». Bien que le texte et la date en soient différents, nous n’insérerons pas ici cette charte qui ne contient aucun détail nouveau. Toutefois, Mesnier de Gaseran n’y figure pas à côté de son Ris. Cette confirmation scellée du sceau de Simon, était datée du mois de septembre -1219. (Mss. 9323, n" 51. Archives Départementales d’Eure-et-Loir, H. 2058).