Page:Mac-Nab - Chansons du Chat noir, Heugel.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE GRAND MÉTINGUE
DU MÉTROPOLITAIN


Chansons-du-chat-noir-p59.png


C’était hier, samedi, jour de paye,
Et le soleil se levait sur nos fronts.
J’avais déjà vidé plus d’un’ bouteille,
Si bien qu’ j’m’avais jamais trouvé si rond.
V’là la bourgeois’ qui rappliqu’ devant l’ zingue :
« Feignant, qu’ell’ dit, t’as donc lâché l’ turbin ? »
Oui, que j’ réponds, car je vais au métingue,
Au grand métingu’ du métropolitain !

Les citoyens, dans un élan sublime,
Étaient venus guidés par la raison.