Page:Mac-Nab - Chansons du Chat noir, Heugel.djvu/99

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Quand le pauvre eut mis la ch’mise,
Il tremblait toujours autant :
« Maint’nant, faut contre la bise
Garantir ton bienséant.

Chansons-du-chat-noir-p95.png

Ami, voilà ma culotte,
Garde-la comme un trésor :
C’est la premier’ fois que j’ l’ôte
Depuis mon tirage au sort. »

Quand il eut couvert son torse,
Le pauvre tremblait encor.
Mais, sous une rude écorce,
Le saint cachait un cœur d’or :