Page:Machaut - Œuvres, éd. Hœpffner, I.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


208 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

2064 Qui est trahis en dame amant,

A tel tin com devant est dit.

J'afferme et se di en mon dit

Que nuls meschiez ne s'apartient 2068 Aus grietez que ses cuers soustient,

Tant comme il dure et elle dure.

Et si say moult bien que Nature

A de son bon droit establi 2072 Qu'on mette celui en oubli

Qui est mors et n'en puet ravoir

Pour grant peinne, ne pour avoir.

Seur ce point droit atenderoie; 2076 Mieus estre jugiez ne vorroie. »

Pais.

Après ces mos s'est Pais levée

Et dist, comme bien avisée :

« Guillaume, assez souffissanment, 2080 Selonc le vostre entendement,

Avez vostre propos baillié ;

Mais vous Pavez trop court taillié

Pour avoir droit pour vous si tost; 2084 Car uns autres poinsle vous tost.

Vous avez de Nature trait,

Pour prouver, un assez biau trait,

Lequel on a bien entendu. 2088 Mais j'ay un autre las tendu

Contre celui, de plus grant pris,

Par lequel vous serez soupris,

D'un exemple ancien de fait 2092 Qui bien a ramentevoir fait.

2o65 F comme; E ay dit; D ditte — 2066 si manque dans B'E — 2068 E gricstes — 2069 E nelle — 2070 E Et je say moult manque dans D — 2071 A manque dans D — 2072 E Quen ; D Quem — 2073 E et non ne p. — 2076 D verroie — 2080 F nostre; E S. nostre ent. — 2090 A sourpris — 2091 Mss. aucun, corr. en nnclcn par B' — 2092 M ramentoiure.

�� �