Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/158

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il se dégage un ensemble d’impressions qui, comme un haschich, monte au cerveau et le déséquilibre.

Tout cela est à détruire de fond en comble, il n’y a pas de modification possible : ou toute la vérité ou toute l’erreur. Après Lamarck, Darwin, Büchner, Moleschott, il n’y a plus place pour l’Être-Suprême ou la déesse Raison.

Les saints sacrements au creuset ! les Bons Dieux de plâtre au mortier ! les confessionnaux au chantier pour faire des fagots ! si c’est là être iconoclastes, oui les anarchistes le sont. Quant à la carcasse des églises, elle pourra servir d’école ou de grenier public.

Un autre fanatisme, c’est celui de la patrie. À grand accompagnement de cuivres, on rugit :

« Tremblez, ennemis de la France. »

Et des violons pleureux, des accordéons enrhumés, des orgues criardes renchérissent.

« Quand les pioupious d’Auvergne iront en guerre. »