Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


raît non moins clairement que, tandis que le marxisme, doctrine d’importation, s’adapte aux allures allemandes, l’anarchisme dans sa spontanéité, dans sa fougue, dans son idéal plus brillant, reflète l’esprit des modernes latins.

Il y a loin, certes, des enthousiasmes méridionaux à l’esprit froidement analytique de l’Anglais ; celui-ci, en général, pénétré de loyalisme aborde les questions par leurs détails immédiatement réalisables. Malgré cette différence énorme, l’anarchie, sous sa forme la plus précise, la plus pratique, celle de groupement libre, a en Angleterre tout un avenir, car le sentiment de l’individualité y existe, bien moins comprimé qu’ailleurs par les institutions, et l’esprit d’association est également développé. Quant au tempérament révolutionnaire, il l’est beaucoup moins et, plus d’une fois, ce sont les éléments étrangers irlandais, émigrés latins ou germains qui, bien que peu nombreux, ont donné au mouvement social sa véritable orientation.