Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ANARCHIE DANS LA FAMILLE
L’UNION ET L’AMOUR LIBRES


« Malheureux ! vous prêchez le mépris de la famille », disent à tout propos aux révolutionnaires les moralistes bourgeois. — Et la famille n’existe pas.

Qu’est-ce que cette famille où l’homme, la femme et l’enfant, travaillant comme des mercenaires dans une fabrique pour ne pas mourir de faim, se font mutuellement concurrence ? où tous trois, séparés pendant dix ou douze heures de la journée par leur tâche de forçat, se retrouvent la nuit, fourbus, écœurés, n’ayant à la bouche, au lieu