Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/80

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA PROPRIÉTÉ


À une époque où l’amour du lucre, arrivé à son paroxysme, prime tout, rien ne pouvait être aussi vivement reproché aux anarchistes que leurs attaques à la propriété.

Naguère, on accusait les socialistes d’être des partageux ; cette calomnie a fait son temps, si les ignorants la reproduisent encore quelquefois, les écrivains tant soit peu sérieux n’osent plus la rééditer.

En effet, la mise en commun, la socialisation des capitaux est exactement le contraire du partage : c’est la propriété cessant d’être accaparée individuellement et rendue,