Page:Mallarmé - Œuvres complètes, 1951.djvu/1059

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


que, malgré l’air nouveau qu'ils gardent même pour nous, maint exemple en a été donné dans le Livre : Élément Roman ou Français; ce classement est peu scientifique peut-être, mais d’effet moins paradoxal. Quelques Mots viennent directement du Provençal; et, quoique ce parler, la langue d’Oc rivale ancienne de la langue d’Oil, se classe rigoureusement dans les patois (c’est-à-dire dans les dialectes du passé que prima l’idiome victorieux, le Français), il a, cependant, montré jusqu’à maintenant une importance littéraire trop considérable pour 11’avoir point place à part. Tel, par exemple, fortalice, un fort, pris tel quel; ou, anglicisés, to award, regarder, d’ENWARDER, to ENHANCE, mettre en avant, d’ENANSER, deux vieux mots, et treachery, trahison. Italien. Omettre tous les Mots introduits par le Français, comme balustrade, caricature, gazette, qui gardent le caractère de notre langue; et ceux qui, de pur italien, demeurent tels que chez nous, comme soprano et ténor : les uns et les autres se montrent très rares. L’habitude Anglaise prépondérante, de rendre aux mots leur couleur originelle, triomphe (ici qu’il s’agit d’une langue voisine ou facile à connaître) ; gondola, et non gondole, improvisatore, lava, portico, stanza, etc., sont de ceux à quoi l’on pouvait s’attendre, et portfolio, et terracotta, et torso, etc. Termes d’art, choisis par l’Anglais, comme nous prîmes des termes militaires. L’anglicisation n’a peut-être lieu que pour mizzen, misaine (et encore est-ce, vraiment, à travers nous), mounte-bank, saltimbanque, sash, écharpe, ccci de sessa. Mais influenza, la grippe, martello, un fortin, motto, une devise, piazza, une place, etc., passent, à notre insu, de l’Italien dans l’Anglais. S’arrêter par curiosité à seraglio, venu du Turc par l’Italien, et à seignior, qui n’est ni signor, ni notre seigneur, ni senor, espagnol. Espagnol, Portugais, puis Mexicain et Péruvien. Termes de navigation dus aux voyages et divers au commerce et aux longues relations politiques avec l’Espagne; peu d’acquêts antérieurs au xvie siècle. Omettre barricade et quelques très rares mots français; ainsi qu’EMBARGo, gala, et quelques très rares mots gardés par nous intacts. Remarquer les mots paroquet, déformé, mais d’après nous; à côté de jennet, grenade, salver, une assiette, gam-mon, un jambon, hurricane, ouragan, trice, un instant, ou sherry, et d’autres nombreux, le tout d’après des originaux tels que salva, jamon, iiurricano, tris ou xérès.