Page:Mallarmé - Poésies, 1914, 8e éd.djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée





FEUILLET D’ALBUM




Tout à coup et comme par jeu
Mademoiselle qui voulûtes
Ouïr se révéler un peu
Le bois de mes diverses flûtes

Il me semble que cet essai
Tenté devant un paysage
A du bon quand je le cessai
Pour vous regarder au visage