Page:Mallarmé - Poésies, 1914, 8e éd.djvu/103

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Oui ce vain souffle que j’exclus
Jusqu’à la dernière limite
Selon mes quelques doigts perclus
Manque de moyens s’il imite

Votre très naturel et clair
Rire d’enfant qui charme l’air.