Page:Mallarmé - Poésies, 1914, 8e éd.djvu/168

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fac-simile faite sur le manuscrit de l’auteur, en 1887.

A quelques corrections près, introduites avec la réimpression des morceaux choisis, Vers et Prose, par la librairie Académique, le texte reste celui de la belle publication souscrite puis envolée à tant d’enchères, qui le fixa. Sa rareté se fleurissait, en le format original, déjà, du chef-d’œuvre de Rops.

Pas de leçon antérieure ici donnée en tant que variante.

Beaucoup de ces poëmes, ou études en vue de mieux, comme on essaie les becs de sa plume avant de se mettre à l’œuvre, ont été distraits de leur carton par des impatiences amies de Revues en quête de leur numéro d’apparition : et première note de projets, en points de repère, qui fixent, trop rares ou trop nombreux, selon le point de vue double que lui-même partage l’auteur, il les conserve en raison de ceci que la jeunesse voulut bien en tenir compte et autour un public se former.

Salut : ce Sonnet, en levant le verre, récemment à un Banquet, de la Plume, avec l’honneur d’y présider.

Apparition tenta les musiciens, entre qui MM. Bailly et André Rossignol qui y adaptèrent des notes délicieuses.

Le Pitre Chatié parut, quoique ancien, la