Page:Malot - En famille, 1893.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Malot - En famille, 1893 p347.jpg

XXIX

___

Le soir au souper, cette question : « Que s’est-il passé à Saint-Pipoy avec Guillaume ? » lui fut de nouveau posée par Fabry et par Mombleux, car il n’était personne de la maison qui ne sût qu’elle avait ramené M. Vulfran, et elle recommença le récit qu’elle avait déjà fait à Talouel ; alors ils déclarèrent que l’ivrogne n’avait que ce qu’il méritait.

« C’est miracle qu’il n’ait pas versé dix fois le patron, dit Fabry, car il conduisait comme un fou…

— Prononcez plutôt comme un saoul, répondit Mombleux en riant.

— Il y a longtemps qu’il aurait dû être congédié.

— Et qu’il l’aurait été en effet sans certains appuis… »